Bérénice aux Laboratoires d’Aubervilliers

26 juillet 2009 § 2 Commentaires

Un drap blanc, un clavier, un banc, une chaise, une cymbale… et c’est parti! Le Théâtre permanent de Gwénaël Morin présentait ce mois-ci, après Lorenzaccio et avant Antigone, une adaptation de Racine, avec Bérénice, cette fameuse pièce dans laquelle il ne passe strictement rien. Et pourtant… j’ai rarement assisté à un spectacle d’une telle intensité.

La soirée commence, les lumières ne s’éteignent pas. Antiochus se tient devant nous, en collants, torse nu. « Hélas » est tracé sur son torse en grosses lettres noires ; le mot ponctue toute la pièce, relevé d’un coup de cymbale à chaque occurence par un sympathique jeune acteur qui endosse les trois rôles secondaires (les confidents des trois rôles principaux), assis sur une chaise de jardin à droite de la scène. Un pupitre lui sert de souffleur silencieux. Les autres acteurs sont au contraire très mobiles, ils ne cessent de parcourire la scène, peu profonde mais large, tout proches de nous, qui sommes assis sur des gradins en bois tout à fait inconfortables. En jardin (à gauche pour les spectateurs) un panneau de carton indique :

Bérénice – le temple – le royaume – l’amour

tandis qu’en cour un autre panneau indique :

Titus – l’Empire – le Sénat – la gloire.

Derrière nous, en haut des gradins :

Antiochus – le désert – l’exil

(ou quelque chose comme ça). Enfin en face de nous, c’est le synopsis de la pièce, par actes et scènes, avec un « intermède musical » entre le 4ème et le 5ème acte. Ainsi, avant même que la pièce ait commencé, pendant qu’Antiochus nous regarde en collants ocre, nous savons déjà tout. A Truffaut qui lui demandait quel est l’interêt d’un film qui dévoile sa propre fin (en parlant de Vertigo), Hitchcock répondit que cela permettait aux spectateurs de se concentrer sur le « comment? » et non plus sur le « qui? » ou le « pourquoi? ». Gwénaël Morin nous permet, par ce procédé, de nous concentrer sur le présent des personnages, de leurs émotions, de leurs gestes, sans forcément chercher à savoir pourquoi ou dans quel but agissent-ils ainsi. Il donne accès en même temps au texte lui-même sous un jour neuf : je n’ai jamais aussi bien entendu le texte racinien que ce jour-là (et pourtant j’en ai vu des Bérénice, entre la version de Martinelli et celle de Lambert Wilson aux Bouffes du Nord, qui était une sorte de récital poétique mortellement ennuyeux). Outre une diction qui prend le parti de ne pas nécessairement dire la diérèse, et qui appuie sur les pronoms plus que sur les noms ou les verbes (me rappeler), faisant ainsi ressortir les liens logiques entre les vers, le texte est magnifiquement clair grâce à l’immédiateté que lui confère un panneau en carton scotché au mur.

Antiochus nous regarde.

« Arrêtons un moment. La pompe de ces lieux,
Je le vois bien, Arsace, est nouvelle à tes yeux. »

L’acteur (Julian Eggerickx), grand, filiforme, doit nous accrocher par ces quelques mots. Oui, tout est nouveau ici. D’ailleurs notre sympathique Arsace (Grégoire Monsaingeon) fait mine d’oublier le texte, et doit regarder son vieux folio jauni par le temps. Bérénice (Barbara Jung) est chez elle, sur un banc, en jean/débardeur noir ; Titus (Gwénaël Morin) chez lui, debout, le regard sévère, en chemise et pantalon de costume gris. Antiochus est au milieu, déchiré entre une amante qui le repousse et un ami qu’il hait. Pas de costumes, ou très peu, un décor fait de carton, de papier et de scotch : le Théâtre permanent revisite les classiques en les arrachant à eux-mêmes et en les plaçant dans un contexte violemment présent (quand Lambert Wilson levait les bras au ciel en toge verte). Le Théâtre permanent se veut en perpétuel mouvement : la pièce n’est jamais terminée. La première n’est pas la dernière, et nous sommes invités à venir voir la différence – tous les spectacles sont gratuits – et même à participer aux éventuels changements grâce aux « ateliers de transmission de rôle », dirigés par les acteurs.

J’ai participé à l’un de ces ateliers, un jeudi matin, avec Julian Eggerickx et le personnage d’Antiochus. C’était très agréable d’aller, dans la lumière du matin, retrouver des passionnés de théâtre, mais ce qui m’a gênée, c’était que le travail (trois heures) portait uniquement sur le texte. J’aurais du m’en douter, à vrai dire. J’ai tendance à préférer les travaux collectifs qui ne se basent pas nécessairement sur les mots. Mais d’autres ont adoré.

Ainsi, Bérénice résonne de manière forte et profonde dans nos oreilles. Le texte est dit simplement, et l’on comprend des subtilités, des liens, des échos, qu’on n’avait jamais entendus auparavant. Plus la tragédie avance, plus la tension devient palpable sur la scène. Les visages rougissent, se crispent. Bérénice pleure ; Titus hésite, part, revient. A la fin du quatrième acte, on a atteint une intensité jamais vue. Alors, les quatre acteurs se mettent à chanter, accompagnés par un clavier et une cymbale. C’est comme s’ils avaient appuyé sur le bouton « off » de la salle : tout d’un coup, on passe des larmes au rire. La tension accumulée est libérée, et on part même dans un bon fou rire à la vue de ces chanteurs alignés, qui répètent la même chose pendant dix bonnes minutes. L’intermède musical est une respiration bienvenue et réussie. D’autant plus que la tension reprend dès les premiers mots du conquième acte. La scène vole en éclats : Bérénice jette sur Titus tout ce qui lui passe par la main (des fleurs, un banc), le décor tombe, les deux hommes se battent, veulent leur mort… Jusqu’à ce que, d’une petite voix, la reine dise : « arrêtez ». D’un souffle, elle change tout.

« Je l’aime, je le fuis; Titus m’aime, il me quitte. (…)

Adieu : servons tous trois d’exemple à l’univers

De l’amour la plus tendre et la plus malheureuse

Dont il puisse garder l’histoire douloureuse. (…)

(À Titus.)

Pour la dernière fois, adieu, seigneur.

ANTIOCHUS

Hélas ! »

Bérénice baisse la tête. Les lumières ne sont toujours pas éteintes. Après quelques longues secondes de silence, nous applaudissons, retournés.

Publicités

Tagué :, , ,

§ 2 réponses à Bérénice aux Laboratoires d’Aubervilliers

  • Sorb dit :

    Rencontre avec Gwénaël Morin et l’équipe du Théâtre Permanent à la Sorbonne le 27/11 à 19h. Entrée libre, ouvert à tous.

    Depuis le 1er janvier et jusqu’au 31 décembre 2009, Gwénaël Morin, metteur en scène, investit les Laboratoires d’Aubervilliers, pour mettre en œuvre le Théâtre Permanent, avec Julian Eggerickx, Barbara Jung et Grégoire Monsaingeon. « Il s’agit de développer un outil artistique d’affirmation et d’intensification du théâtre : une proposition fondée sur une urgence et une énergie qui en font une expérience politique aussi bien du point de vue de la création et du collectif que de la volonté d’expérimenter et d’inventer des rapports nouveaux à un lieu, un environnement et un public. Le projet du Théâtre Permanent s’articule autour de 3 lignes de travail : jouer tous les soirs, répéter tous les jours, transmettre en continu. » A l’heure où l’idée de théâtre public semble fragilisée, ce projet fou devenu utopie concrète nous permettra, en étudiant la manière dont se fabrique le « Théâtre Permanent », de poser cette question fondamentale : comment créer de l’espace et du temps publics ?

    VENDREDI 27 NOVEMBRE 2009, entre 19h01 et 21h01 à LA SORBONNE (17 rue de la Sorbonne, amphi Richelieu, Métro Saint-Michel ou Cluny-La Sorbonne ou RER Luxembourg).
    Entrée libre après inscription : http://art-espace-public.c.la

    Rencontre-débat proposée par le Master Projets Culturels dans l’Espace Public (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), animée par les étudiants, sous la houlette de Pascal Le Brun-Cordier, directeur du Master, professeur associé. Le Master organise tout au long de l’année des rencontres avec des artistes œuvrant dans/avec l’espace public, notamment le cycle art [espace] public (janvier-février-mars 2010), en partenariat avec Stradda, le magazine de la création hors les murs. Pour être informé, inscrivez-vous à la Newsletter du Master : http://art-espace-public.c.la

    EN FAISANT DU THEATRE TOUS LES JOURS, PENDANT UN AN, AVEC UNE MEME EQUIPE, AU MEME ENDROIT ET UTILISANT LES TEXTES DE THEATRE PARMIS LES CHEFS D’ŒUVRES LES PLUS CONNUS DU DOMAINE PUBLIC, (LORENZACCIO, TARTUFFE, HAMLET, BERENICE, ANTIGONE, WOYZECK)
    JE VEUX FAIRE L’EXPERIENCE DE CE QUE LE THEATRE PEUT TRANSFORMER DANS LA VIE QUOTIDIENNE D’UN QUARTIER.
    JE VEUX LE FAIRE A PARTIR D’UN POINT.
    JE VEUX CREER UN POINT.
    JE VEUX AFFIRMER DANS LA VILLE UN POINT D’ENGAGEMENT, UN POINT D’ENERGIE ET UN POINT DE SENS.
    JE VEUX AUSSI FAIRE OEUVRE DE COURAGE ET, AVEC LE TEMPS, PAR TENACITE, INSISTANCE, RESISTANCE, CREER DE L’ESPACE ET DU TEMPS PUBLIC.
    Gwénaël Morin, Note d’intention du Théâtre Permanent

    LE THEATRE EST VIVANT
    LE THEATRE DOIT ETRE FAIT
    LE THEATRE N’EST PAS UN HERITAGE DU PASSE
    LE THEATRE N’EST PAS UNE FLAMME VACILLANTE QUE NOUS DEVONS PRESERVER
    LE THEATRE N’EST PAS MORT
    LE THEATRE DOIT SE PRODUIRE
    LE THEATRE DOIT ETRE REALISE
    LE THEATRE EST UNE UTOPIE QUE L’ON PEUT ATTEINDRE
    J’AIME LE THEATRE
    Gwénaël Morin, extrait du Discours de Turin

    Pour en savoir plus : http://www.leslaboratoires.org/content/view/359/lang,fr

  • […] en lui-même, mais aussi au sein du projet du Théâtre permanent, et en continue et développe la ligne directrice. © Julie […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Bérénice aux Laboratoires d’Aubervilliers à Théâtrales.

Méta