Méditerranée littéraire

22 juillet 2010 § Poster un commentaire

La Turquie d’abord. Ni tout à fait européenne, ni tout à fait asiatique, la Turquie est toute de tiraillements, politiques, sociétaux, culinaires. Une tatoueuse libérée y côtoie une voyante multicolore, accompagnée de ses deux djinnis, le bon et le mauvais ; une américaine fille d’Arménien rend visite à une stambouliote nihiliste ; la country concurrence le doudouk. L’homme est un homme mort chez Elif Shafak : culturellement, politiquement, moralement, historiquement, biologiquement. Un écrivain arménien au seuil de sa meilleure oeuvre est massacré par les Turcs, un frère viole sa soeur puis s’enfuit d’Istanbul, un exilé aux Etats-Unis pleure sa terre natale. La Bâtarde d’Istanbul dresse le portrait d’un pays-mouvement. Orhan Pamuk n’est pas très loin, comme un oiseau qui plane au-dessus de la ville.

L’Egypte ensuite. Un immeuble, mille habitants. Un pays, mille vies. Une époque, mille temps. Celui de Boussaïna, obligée de travailler sous les ordres de patrons verreux pour nourrir des frères. Celui de Zaki, riche vieillard célibataire dépouillé par sa soeur. Celui de Tahar, élève studieux converti à l’islamisme à cause de l’injustice dont il est victime. L’immeuble Yacoubian relit les êtres entre eux, les riches, les pauvres, les jeunes, les vieux, les femmes, les hommes. Alaa El Aswany n’est ni dur ni tendre, ni joyeux ni triste, il est, c’est tout.

Palestine. Mahmoud Darwich érige Une Mémoire pour l’oubli en forme de poème en prose, sous les gravas des villes et des êtres. « Le temps : Beyrouth. Le lieu : un jour d’août 1982. » Il s’agit de reconstituer des lambeaux de rêve, d’amour, de phrases, à l’aide de La Bible et du foot.

Iran : Zoyâ PirzâdUn jour avant Pâques. Passé et présent sont entrelacés dans ce court récit où se côtoient houleusement Arméniens et Iraniens, hommes et femmes, petits et grands. Le garçon devient adulte, l’élève enseignant. Les uns disparaissent, les autres naissent. On cache, on révèle. Dans ce petit monde des immigrés arméniens, les « Persans » ne sont pas les bienvenus. Almanouche l’arménienne décide alors d’épouser Berzhad l’arabe.

Publicités

Tagué :, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Méditerranée littéraire à Théâtrales.

Méta