Tangente vers l’est

17 février 2012 § 2 Commentaires

À la suite d’un voyage dans le Transsibérien aux côtés de quinze autres écrivains, Maylis de Kerangal a publié un petit roman aux éditions Verticales en janvier, Tangente vers l’est. L’histoire d’une rencontre entre une Française et un Russe de presque vingt ans son cadet, tous deux en fuite, dans ce train dont on peut craindre qu’il ne s’arrête jamais. Ils ne se comprennent pas, pourtant elle le cache, et cela la révèle. La Russie défile par la fenêtre, la vodka, la neige, des clichés qu’Hélène la Française vérifie sans le faire exprès. Maylis de Kerangal, elle, les évite tous. D’une écriture précise, picturale et observatrice, elle décrit ce qu’on devine être son propre voyage en train : la troisième, la seconde, la première classe, le restaurant, les provodnistas (les hôtesses), l’enthousiasme devant le lac Baïkal, les arrêts en pleine nuit dans des villes inconnues… Et à l’arrivée, la photo sur le quai de Vladivostok.

Publicités

Tagué :

§ 2 réponses à Tangente vers l’est

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Tangente vers l’est à Théâtrales.

Méta